This post is also available in: English (Anglais)

Moi, c’est Syncia!

En provenance de l’Ontario, dans un petit village nommé St-Eugène, habite une «cowgirl» franco-ontarienne qui, depuis toujours, ne demande qu’à «rider»!

Je me présente; mon nom est Syncia Séguin, j’ai 37 ans.  Je suis infirmière de profession depuis 2003 et gestionnaire depuis plus de 10 ans dans le réseau de la santé.  J’ai plusieurs années d’études et de diplômes à mon actif, dont mon dernier, une Maîtrise en sciences de la santé.  Je suis une leader non seulement dans mon travail, mais dans tout ce que je touche ou entreprends.  Bref, je carbure aux défis.  Habitant sur une terre agricole depuis ma naissance, j’ai été confrontée très jeune « aux bébelles » à gaz. Passant de mon « mini trail 49 cc » au quatre roues de mon père ainsi que de nombreux tracteurs.  Du gaz, j’en ai brûlé!  J’ai également vue plus d’un moteur « à cœur ouvert » sur l’établi de mon père. Je peux donc avec assurance vous dire que la mécanique n’est plus un mystère pour moi. C’est possiblement de là que vient le lien avec ma carrière professionnelle : moteur, cœur…!

Credit photo: Naomii Galarneau-Denis

Amour et passion

Par la suite, ayant mon père comme modèle, il était donc évident que la tendre moitié avec qui je partagerais ma vie ne serait pas vêtu d’un complet pour aller au boulot! Mais plutôt d’une «chienne» bien remplie d’huile.  Ceci-dit, j’ai marié un mécanicien!  En fait, son test ultime pour s’assurer que j’étais  «la bonne» à l’époque a été de me présenter un morceau de moteur que je devais identifier.  Bah!  Facile!  C’est un piston!  J’ai donc conquis son cœur sur le champs!  Dès les premiers jours, nous partagions les mêmes intérêts. Entre autres notre passion pour «les machines».  J’ai perdu le compte de nos nombreuses fins de semaine « entre gars » dans le «pit» de sable à Joliette à «rider» et sauter des moteurs deux-temps devenus beaucoup trop chauds par temps de canicule.  Je me souviens, de nos journées à nous faire « toaster » sur les pistes de course à Napierville pour «draguer», lui en motoneige sur l’asphalte et moi en quatre roues.  Je me souviens aussi de nos nombreuses sorties en motoneige dans le champs, sur les pistes fédérées du Québec, mais aussi au Mont-Valin, au Saguenay, pour y faire du hors-piste. D’autant plus qu’il ne faut pas oublier nos étés passés sur notre « speedboat ».

À deux c’est bien, mais à trois c’est mieux!

Par la suite, les années passèrent et fut un temps où nos sorties en amoureux pour vivre notre passion sont passées de deux à trois.  Notre garçon, maintenant âgé de 9 ans, est également un adepte des « machines ».  On sait bien que la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre!  Du haut de ses deux ans, il avait déjà entre les mains un quatre roues à gaz. Par la suite, plusieurs motocross et aussi plusieurs motoneiges.  D’ailleurs, l’an dernier il a fait sa première compétition de «drag» de motoneige.

Du vernis à ongles aux « machines »

Malgré mon côté casse-cou, je suis une « chick » à mes heures.  Passionnée du «nail art», j’aime faire des ongles dans mes temps libres.  Pour moi, c’est une sorte d’évasion, d’expression et de passion.  Ceci étant dit, je suis une « chick » très à l’affût de la mode et ce n’est pas quelque chose qui passe inaperçu dans l’exercice de mes sports motorisés non plus. Donc, du rose,  bien il y en a!

Changement de paradigme

Au fil des années j’ai pu constater, dans la pratique de ces différents sports,  une augmentation considérable du nombre de femmes.  Il y a plusieurs années, j’étais une des seules filles dans le «pit».  Maintenant, il y a un changement de paradigme.  C’est pour moi une sorte de bataille gagnée dont je suis particulièrement fière.  Ce n’est plus rare de voir aux «drags» quelques noms de filles inscrites sur le tableau.  Et non les gars, ce n’est pas parce que nous sommes plus légères que nous gagnons!  C’est agréable de voir et constater l’entraide entre « girls » lors des compétitions.  Je me souviendrai toujours, l’an dernier, lors d’un «drag» de motoneige, d’une concurrente qui est venue placer mon «start-up» pour s’assurer que je performe du mieux possible.  C’est ça de l’entraide entre filles et non seulement de la compétition, mais de la passion que nous partageons.  Joignez-vous à moi et aux « Chicks and Machines » pour changer la vision, et ce, une bougie à la fois!

Syncia Séguin

 

X