CHALLENGE SUPERMOTO AEC

 

Vous n’avez jamais entendu parler des courses de supermotos qui se déroulent un peu partout au Québec? Et bien, aujourd’hui ça va changer! Dernièrement, j’ai eu la chance d’aller voir de mes propres yeux quelques-unes de ces fameuses courses. Le tout se déroulait à Mont-Joli, dans le Bas-Saint-Laurent et je dois dire que j’ai été franchement impressionnée! Voyons ensemble pourquoi…

Une organisation impeccable

Pour qu’un événement de ce genre fonctionne bien, une organisation solide est primordiale, et ça, ils l’ont bien compris. Que ce soit à l’accueil, aux puits ou sur la piste, les gens qui participent à ces courses savent exactement ce qu’ils font. Chaque course est planifiée et les coureurs respectent à merveille l’horaire prévu (à moins d’un énorme pépin, évidemment!). Par le fait même, ça fait toujours plaisir de voir des sourires et de la bonne humeur et ça fait encore plus plaisir de voir que, même s’ils sont tous en compétition, ils sont là également et SURTOUT pour s’amuser!

 

Différents coureurs, différentes courses

Si vous pensez aller voir ce type d’événement et y voir seulement des motos… détrompez-vous! À ma grande surprise, j’ai constaté rapidement que même les VTTs faisaient partie du spectacle! Voir les motos penchées au maximum pour prendre les courbes, c’est impressionnant oui… mais voir les 4 roues prendre les courbes sur seulement 2 roues… ça aussi c’est quelque chose! Malgré leurs différences de machines, toutes les personnes qui coursent ont un point commun : l’habileté. Que ce soit sur 2 roues ou 4 roues, la concentration est de mise et on va se le dire… ça donne envie d’essayer!

Un challenge mixte

Parlant de différences… sachez que les femmes aussi participent! Bien qu’elles ne soient pas encore aussi nombreuses que les hommes, elles sont très douées! Je n’ai malheureusement pas vu chacune d’elle à l’œuvre à Mont-Joli… mais une des pilotes a retenu l’attention de bien des gens cette journée-là. Tamara Jurkiewicz fait ses débuts dans cette discipline et pourtant, on aurait pu croire qu’elle fait cela depuis longtemps! Elle n’a que 23 ans et elle est toute petite. Cependant, ça ne l’a pas empêchée d’enfourcher avec confiance sa TM 250 et de terminer première pour ce premier round. Quand on dit qu’il ne faut jamais juger un livre par sa couverture, elle en est le parfait exemple! Une petite boule d’énergie avec un bel avenir devant elle. À suivre! 😉

 

Une course 2 en 1

Question de pimenter les choses, les courses se font sur deux types de sols, une partie avec de l’asphalte bien entretenue et une partie de terre où certains coureurs se donnent un malin plaisir de nous démontrer leurs talents du côté hors-piste. Autant sur l’asphalte que sur la terre, tout est vérifié et revérifié entre les courses afin de limiter les potentiels dangers. Ces courses nous présentent les talents et capacités de tous genres, les pilotes doivent à la fois être excellents sur une piste et être aussi adroits en hors-piste. D’ailleurs, j’ai moi-même essayé cette petite (mais superbe!) piste asphaltée avec ma moto et ce n’est clairement pas aussi facile que ça en a l’air! Bref, on en trouve pour tous les goûts et l’essayer c’est l’adopter comme on dit!

Une conclusion convaincante

Conclusion de cette expérience? Que vous soyez spectateur ou pilote, vous ne serez pas déçus! Les prochaines courses auront lieu à Trois-Rivières, Shannonville et Vallée-Jonction. Pour plus de renseignements, je vous invite à visiter le www.supermotoaec.com. Vous y trouverez des informations, des photos, des vidéos, tout pour vous séduire quoi!

Pour ma part, c’était la première fois que je voyais de telles courses et il est bien évident que ce ne sera pas la dernière. Un énorme merci à David Gauthier pour l’invitation et la découverte de ce sport qui gagne à être connu de tout rider qui se respecte!

Sandie -xx-

 

 

 

 

 

 

 

X